Discours de Mme Hana Machková à l’occasion de la remise des insignes de la Légion d’honneur (7 avril 2016) [cs]

Votre excellence, Monsieur l´Ambassadeur, chers présidents des universités, chers doyens, Monsieur le Directeur, cher collègues,

Cette journée est une des plus belles journées aussi bien dans ma vie professionnelle que dans ma vie personnelle et je vais donc me permettre de prononcer mon discours d´une façon plus personnelle que d´habitude.

Mon parcours vers la plus haute décoration française a commencé le 1er septembre 1966 avec l´inscription dans une école élémentaire spécialisée en enseignement de la langue française. Nous avons commencé par les chansons, suivies par la grammaire, mais la chose décisive pour mon future a été le jumelage de mon école avec la ville de Nîmes, qui heureusement pour nous avait à l´époque un maire communiste, et donc à 14 ans j´ai pu visiter pour la première fois de ma vie la France. Au lycée j´ai étudié l´anglais, mais à l´Université j´ai décidé de reprendre comme première langue le français. Le premier semestre a presque été une catastrophe, parce que je l’avais beaucoup oublié. Mais j´avais des excellents professeurs qui m´ont encouragé et bien sûr, j´ai beaucoup travaillé, car j´étais intéressée par la France et par la belle langue française. J´ai même gagné un prix en 1980 avec comme sujet « L´analyse de l´économie québécoise » sous la direction de prof. Vlasák. Juste une fois dans ma vie j´ai déçu ce francophile quand j´ai refusé à la fin de ma soutenance de me lever et de prononcer « Vive le Québec libre » ! Mais malgré cette trahison, M. Vlasák m´a recommandé pour un séjour linguistique à Dijon, et surtout, il a soutenu ma candidature pour une bourse du gouvernement français de 6 mois à Strasbourg.

Je suis persuadée que la famille et l´éducation peuvent déterminer la vie d´autrui et personnellement j´avais une grande chance dans les deux cas. Mon mari Jaroslav est un pilier, sans sa tolérance et son soutien je ne pourrais jamais arriver au sommet de ma carrière. Ensemble nous avons élevé deux fils francophones et francophiles. Les deux sont d´ailleurs diplômés de l´Université Jean Moulin Lyon 3 et de la VŠE.

L´IFTG a été créé le 1er juillet 1990 il y a donc 26 ans. Grâce à ce projet j´ai appris beaucoup de choses et j´avais la possibilité de bien connaître la France, le berceau de la démocratie, un pays dont la culture et ses valeurs me sont proches et que je partage. La France est devenue mon deuxième pays ou je me sens très bien surtout grâce à mes amis français. Je tiens à remercier M. Livian, M.Wissler et M. Rive qui sont ce soir présents à mes côtés pour partager avec moi ce moment exceptionnel de ma vie. Et je me réjouis non seulement de leurs présences, mais aussi de la présence de leurs familles. Merci beaucoup Marie-Françoise, Isabelle et Loïc d´être ici ce soir avec moi.

Pour conclure, je tiens à remercier l´Ambassade de France. Je suis invitée dans ce beau palais depuis le début des années 90 et j´avais la chance de pouvoir suivre de prêt le développement des relations franco-tchèques dans l´histoire moderne de nos deux pays. La France est un partenaire généreux qui a offert beaucoup de bourses aux enseignants et aux étudiants tchèques, ainsi que la coopération dans le domaine de la recherche et au niveau des doubles diplômes ou des diplômes conjoints. Je ne sais pas combien de Tchèques et peut-être même de Français seraient capables de se rappeler des noms de tous les Ambassadeur de France depuis 1990. J´en suis, et donc je remercie cordialement à Messieurs Jean Gueguinou, Benoît D´Aboville, Philipe Coste, Joël De Zorzi, Charles Fries, Pierre Lévy et bien sûr à l´Ambassadeur actuel M. Jean-Pierre Asvazadourian.

Et je suis enchantée de pouvoir remercier M. Asvazadourian deux fois. Jean-Pierre a commencé ici à Prague sa carrière diplomatique au début des années 90 quand moi, j´ai débuté ma carrière d´une jeune enseignante qui a décidé de lier sa vie avec la France. Et le paris sur les relations franco-tchèque a été un très bon choix pour nous deux. Je suis aujourd´hui la Présidente de la meilleure université de gestion dans ce pays et un fier chevalier de la Légion d´honneur. La plus haute décoration française m´a été transmis par l´Ambassadeur de France qui parle couramment le Tchèque. Qui aurait dit cela, il y a 26 ans, mon cher ami Jean-Pierre ?

Mesdames et Messieurs, je vous remercie de votre attention.

Dernière modification : 22/07/2016

Haut de page