Expressions et cyclisme [cs]

A l’approche du Tour de France, on s’est amusé à chercher des expressions françaises et tchèques qui touchent de près ou de loin au vocabulaire du cyclisme.

Au lieu de dire « c’est comme la bicyclette, ça ne s’oublie pas  » (je to jako kolo, to se nezapomíná), les Tchèques utilisent l’expression simple comme une gifle – « jednoduchý jako facka ».

Les Tchèques ne « changent pas de braquet » (přeřadit na jiný převod), ils changent d’aiguillage « přehodit výhybku »

Pour expliquer à un Tchèque que vous « avez un petit vélo dans la tête » (máte v hlavě malé kolo), dites-lui que vous avez une petite roue de plus – « máte o kolečko navíc »

Si une Tchèque est vraiment très laide, ses compatriotes « n’appuieraient même pas leur vélo contre elle » (« ani kolo bych si o ni neopřel »). Les Français, plus galants, n’ont pas d’expression semblable…

Quand un Français a « le nez/la tête dans le guidon » (mít nos/hlavu v řidítkách), cela signifie qu’il est débordé. Les Tchèques n’ont pas d’expression imagée pour dire cela.

Alors que les Français « appuient sur la pédale » (šlápnout do pedálů) pour accélérer, les Tchèques, amateurs de voitures, appuient sur l’accélérateur (« šlápnout na plyn »).

Pour dire que quelqu’un a « perdu les pédales » (vypadnout z pedálů), un Tchèque utiliserait l’expression perdre le fil (« ztratit nit  »), ou bien il dirait simplement qu’il est à côté (« je mimo »).

Un Français « se remettra en selle  » après (dostat se znovu do sedla), les Tchèques n’ont pas d’expression équivalente.

Si un Français « en connaît un rayon  » (zná svoje paprsky), un Tchèque spécialiste d’un domaine le connaît comme ses chaussures (« znát něco jako své boty ») ou, s’il sait très bien comment faire quelque chose, il l’a dans son petit-doigt (« má to v malíku »).

L’équivalent tchèque à l’expression « mettre les bâtons dans les roues » (strkat klacky do kola) est assez similaire : en tchèque on jette les bâtons sous les jambes (« házet klacky pod nohy »).

L’expression « pédaler dans la choucroute » (šlapat v kyselém zelí) désigne une situation qui n’avance pas ou une personne qui n’est plus en capacité de produire un travail intellectuel. Elle n’a pas d’équivalent en tchèque.

Et pour finir, savez-vous ce que signifie « être le Poulidor de quelque chose » ? C’est une allusion au cycliste français Raymond Poulidor, l’ « éternel second » du Tour de France…

Dernière modification : 03/07/2015

Haut de page