Fête nationale du 14 juillet 2014

Discours de l’Ambassadeur

Monsieur le Premier ministre,
Mesdames et messieurs les ministres,
Chers collègues du Corps diplomatique
Mesdames et messieurs,
Chers compatriotes,

Permettez-moi avant tout de vous souhaiter à tous une très chaleureuse bienvenue à l’ambassade de France en cette journée si particulière. Le 14 juillet en effet est la fête nationale des Français mais c’est aussi une date qui symbolise des valeurs universelles et des idéaux humanistes que partage la République Tchèque. Ces valeurs, ces idéaux, ce sont ceux de la démocratie. Ce sont eux qui guident notre engagement commun en Europe comme dans le monde.

Cet engagement a parfois un coût très douloureux ; et je tiens à vous dire, Monsieur le Premier Ministre, toute la tristesse et la sympathie des Français après la mort tragique de soldats tchèques en Afghanistan dans le cadre de la mission de paix et de stabilisation conduite dans ce pays. Toutes nos pensées vont aujourd’hui à leurs familles.

Monsieur le Premier Ministre,

Je tiens à vous exprimer, au nom de mes compatriotes, notre plus vive reconnaissance pour votre présence aujourd’hui parmi les Français et les nombreux amis de la France dans ce pays. C’est pour nous un témoignage de la relation étroite, ancienne et traditionnelle, entre votre pays et la France ; mais c’est aussi un geste qui traduit la qualité du dialogue politique établi entre les actuelles autorités tchèques et françaises. Vos entretiens à Paris avec le Président François Hollande et le premier ministre Manuel Valls, en avril, ont montré en effet que Tchèques et Français partagent des vues communes sur l’Europe, sur ses défis et sur ses priorités : la relance de la croissance et de l’emploi, notamment des jeunes, et le soutien à l’innovation et à la compétitivité. Pour les Tchèques comme pour les Français, les citoyens doivent être au cœur de la construction de l’Europe. C’est d’ailleurs pour rappeler le sens du projet européen et le rôle qu’y tient la jeunesse qu’aujourd’hui prenaient part au défilé traditionnel sur les Champs Elysées des jeunes venus de plusieurs pays d’Europe et du monde, dont la République tchèque, en commémoration du centenaire de la Première guerre mondiale.

Les échanges bilatéraux se poursuivront cette année entre les deux gouvernements, ainsi qu’avec la visite à Paris, en septembre prochain, du Président Milos Zeman qui s’est rendu en France en juin pour les commémorations du 70ème anniversaire du débarquement de Normandie. Cette nouvelle dynamique de notre relation bilatérale révèle notre volonté d’œuvrer ensemble avec une ambition renforcée et de donner une impulsion renouvelée au Partenariat stratégique qui nous unit depuis 2008.

Depuis toujours, Monsieur le Premier Ministre, la relation entre la République tchèque et la France existe par les femmes et les hommes qui l’incarnent dans toute sa diversité. C’est pourquoi je tiens à saluer tous particulièrement mes compatriotes présents aujourd’hui et qui font vivre au quotidien notre relation bilatérale dans leur activité professionnelle comme dans leur vie personnelle et familiale. J’adresse également un salut particulier aux représentants des entreprises françaises installées en République Tchèque. Elles sont près de 500 en effet à avoir cru à ce pays et y avoir investi, créant près de 100 000 emplois et parfaitement intégrées dans la vie économique et sociale tchèque. Je souhaite leur dire que cette ambassade appuie par ses actions leur développement comme le développement des échanges commerciaux bilatéraux et des investissements. Je remercie également toutes les entreprises qui, tout au long de l’année, apportent leur soutien aux projets mis en œuvre par cette ambassade dans les domaines économiques, éducatifs, scientifiques et culturels, -je pense notamment à la récente Semaine française- et celles aussi qui ont contribué à la réussite de cette journée.

Pour terminer sur une note plus personnelle, je souhaite dire combien je suis heureux de passer ce premier 14 juillet en votre compagnie. Arrivé en fin d’année dernière, j’ai retrouvé à Prague une ville où j’avais servi entre 1989 et 1993, dans une période de profonds bouleversements dans ce pays comme dans toute l’Europe. Alors que dans quelques mois, en novembre, la République tchèque commémorera le 25ème anniversaire de la Révolution de velours, je mesure l’extraordinaire chemin parcouru par ce pays pour qui, Monsieur le Premier Ministre, la France est un partenaire, un allié et, avant tout, un ami.

Vive la République tchèque, Vive la France et vive l’amitié franco-tchèque !

Dernière modification : 29/07/2014

Haut de page