Hommage à Jan Palach et à Oskar Brüsewitz

Discours de M. l’Ambassadeur à Mělník, le 16 janvier 2013.

Madame la Présidente du Parlement,
Monsieur le Vice-président du Sénat,
Monsieur le Maire,
Mesdames et Messieurs,

Je suis profondément touché de revenir à nouveau cette année à Mělník pour rendre hommage à l’acte héroïque de Jan Palach et d’Oskar Brüsewitz. Je vous remercie, Monsieur le Maire, de m’avoir convié à cette cérémonie.

J’éprouve toujours une forte émotion de me retrouver parmi vous, dans cette ville où Jan Palach a passé sa jeunesse, devant ces gens qui l’ont peut-être connu, dans cet environnement qui a contribué à la formation de son esprit.

Jan Palach, Oskar Brüsewitz, mais aussi Ryszard Siwiec et Sandor Bauer dont nous avons commémoré les actes les années précédentes, sont des lumières dans la longue nuit du totalitarisme européen. Elles nous éclairent pour nous rappeler que le combat pour la liberté est un combat permanent. Ils nous appellent à nos responsabilités.

Il est important que le message de ces héros reste vivant et contribue à la diffusion des valeurs de liberté et de démocratie, pour que les actes extrêmes de ce genre ne soient plus nécessaires.

La statue devant nous est l’œuvre d’un sculpteur français d’origine hongroise, András Beck. Il a lui-même connu les tragédies de l’Europe centrale du XXème siècle et a été bouleversé par le sacrifice de Jan Palach et de ses successeurs. Sa sculpture a été offerte par mon pays à la ville de Mělník en 2009.

Je suis heureux que la France ait contribué à la réalisation de ce mémorial. Je suis heureux que nous soyons chaque année de plus en plus nombreux à nous retrouver ici.

Je vous remercie de votre attention.

Pierre Lévy

Dernière modification : 05/04/2013

Haut de page