La France : destination privilégiée pour les investisseurs internationaux

L’agence française pour les investissements internationaux publie son tableau de bord de l’attractivité française en 2010, qui montre que les investisseurs étrangers sont toujours sensibles aux atouts du pays, notamment en terme d’infrastructures et de ressources humaines, tout en soulignant l’impact positif des réformes entreprises depuis trois ans en droit du travail et fiscalité.

L’agence française pour les investissements internationaux vient de publier la 7ème édition de son tableau de bord de l’attractivité de la France, réalisé en partenariat avec la Direction interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale, le centre d’analyse stratégique et la Direction générale du Trésor.

Les investisseurs étrangers sont 53% à reconnaitre l’attractivité du territoire français (sondage Sofres-AFII, juin 2009). Les atouts mis en avant sont en premier lieu la qualité de vie, la qualité des infrastructures de transport et de communication (la France est le pays disposant du second réseau de train à grande vitesse dans le monde), mais aussi la qualité des ressources humaines, la taille du marché domestique, et enfin la qualité de la recherche et développement.

La recherche bénéficie en France depuis 2008 d’un des régimes fiscaux les plus attractifs d’Europe, avec le crédit impôt recherche qui permet une déduction fiscale des dépenses de R&D (30% des dépenses, jusqu’à 100 M EUR, puis 5% au-delà). La modification du régime fiscale des impatriés, et la suppression de la taxe professionnelle, ont grandement amélioré l’environnement fiscal des entreprises étrangères.

Alors que les Investissements directs étrangers ont chuté de 41% dans les pays développés en 2009, à la suite de la crise économique et financière, la France a connu une diminution de seulement 35% des IDE entrants.

Mais, dans les domaines où la France est traditionnellement perçue comme peu attractive, ce tableau de bord met en lumière un décalage entre idées reçues et réalités : ainsi, le droit du travail a connu des réformes majeures ses dernières années : défiscalisation des heures supplémentaires, introduction d’un contrat de travail à objectif défini (qui permet une embauche pour mener à bien une mission spécifique) et la création d’une rupture de contrat de travail par consentement mutuel entre employeur et salarié.

Dernière modification : 24/09/2013

Haut de page