Les priorités de la Présidence française du G20 et du G8 [cs]

Vidéo de la conférence de presse de Monsieur Nicolas Sarkozy, Président de la République

JPEG - 17.6 ko
G8G20

Quelles priorités pour la présidence française du G20 en 2011 ?

1. Coordonner les politiques économiques et réduire les déséquilibres macroéconomiques mondiaux

2. Renforcer la régulation financière

3. Réformer le Système Monétaire International (SMI)

4. Lutter contre la volatilité des prix des matières premières

5. Améliorer la gouvernance mondiale

6. Agir pour le développement

A ce jour, le G20 a permis d’apporter des réponses collectives efficaces à la crise la plus grave traversée depuis celle des années 1930.

En 2011, le G20 devra achever les chantiers déjà engagés pour s’attaquer aux racines de la crise mais également étendre son agenda à de nouveaux chantiers pour améliorer de façon durable la stabilité et la prospérité mondiales.

En effet, seul le G20 dispose du poids, de la légitimité et de la capacité de décision nécessaires pour donner les impulsions indispensables à l’avancement des grands chantiers économiques d’aujourd’hui à travers les actions suivantes :

1 - Coordonner les politiques économiques et réduire les déséquilibres macroéconomiques mondiaux

Représentant 85% de l’économie mondiale, le G20 est une enceinte cruciale pour assurer la coordination des politiques économiques, à court et plus long terme. Au-delà du pilotage conjoncturel, le G20 a créé un cadre pour une croissance forte, durable et équilibrée, qui vise à réorienter les stratégies nationales dans un sens plus favorable à l’économie mondiale. La France poursuivra cet exercice en 2011 en assurant notamment un suivi des engagements pris lors du sommet de Séoul dans lesquels chaque pays du G20 a accepté de mettre en œuvre des mesures adaptées à ses circonstances nationales pour réduire les déséquilibres macroéconomiques et conforter la croissance mondiale.

2 - Renforcer la régulation financière

Il sera impératif pour la France de veiller à la mise en œuvre effective des règles décidées par le G20 pour renforcer durablement le contrôle du secteur financier. La présidence française s’emploiera également à renforcer l’action du G20 dans les domaines où les règles restent insuffisantes, par exemple en matière de régulation du « secteur bancaire fantôme » (activité bancaire parallèle non régulée à ce jour) et d’intégrité et de transparence des marchés financiers.

3 - Réformer le Système Monétaire International (SMI)

La période récente a été marquée par une forte volatilité des monnaies, l’accumulation des déséquilibres, et la recherche d’un niveau toujours plus élevé de réserves de change par les pays émergents pouvant être confrontés à des retraits brutaux et massifs des capitaux internationaux.

La France souhaite apporter des réponses collectives à ces dysfonctionnements afin d’éviter le creusement des déséquilibres économiques mondiaux.

4 - Lutter contre la volatilité des prix des matières premières

Le G20 s’est pour la première fois penché sur la question de la fluctuation excessive des prix des matières premières lors du Sommet de Pittsburgh en septembre 2009 mais peu de mesures concrètes ont été prises à ce jour. La France souhaite trouver des solutions collectives pour réduire la volatilité excessive des prix des matières premières, notamment agricoles, qui pèse sur la croissance mondiale et menace la sécurité alimentaire des populations.

5 - Améliorer la gouvernance mondiale

Nos économies ont besoin d’institutions internationales rénovées capables de réguler efficacement la mondialisation. La France cherchera à conforter le G20 dans son rôle de première enceinte de coopération économique et à renforcer la cohérence d’action des institutions internationales en matière économique, sociale et environnementale, et à identifier les sujets où cette gouvernance est insuffisante. La synergie entre le G20 et les Nations Unies sera notamment approfondie.

6 - Agir pour le développement

Le G20, qui représente 85% de l’économie mondiale et les deux tiers de la population de la planète apparaît aujourd’hui comme une enceinte pertinente pour apporter des solutions concrètes aux problématiques du développement. Le Sommet de Séoul de novembre 2010 a marqué une étape décisive avec l’adoption du premier plan d’action du G20 sur le développement. La France s’attachera à renforcer cette priorité sous sa Présidence.

G8

Le Sommet de Pittsburgh, en septembre 2009, a marqué une étape majeure dans la réforme de la gouvernance mondiale en faisant du G20 le « principal forum de coopération économique internationale » afin de refléter les nouveaux équilibres mondiaux et le rôle croissant des pays émergents. Dans ce contexte, le rôle du G8 évolue en veillant à ce que soit préservée l’originalité de ce forum, qui permet des discussions directes et informelles au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement des économies les plus avancées. Pendant sa présidence, la France propose de recentrer ce « nouveau G8 » sur des sujets sur lesquels ses membres peuvent avoir un véritable impact, en veillant à ne pas dupliquer l’agenda du G20.

Les trois priorités retenues sont les sujets d’intérêt commun aux pays du G8, les enjeux de paix et de sécurité internationale et le partenariat avec l’Afrique.

* Les nouveaux défis communs : Internet et la croissance verte. C’est la première fois qu’un ensemble de sujets liés à Internet seront abordés par les chefs d’Etat et de gouvernement. Nous proposerons une discussion large sur les différents enjeux. Concernant l’innovation et la croissance verte, l’objectif est d’identifier des mesures concrètes pour développer ces relais de croissance et d’emploi essentiels pour nos économies avancées.

* Le volet « paix et sécurité » constituera un élément essentiel de la présidence française du G8. Au-delà des affaires politiques (Iran, Proche-Orient, Afghanistan Pakistan, non-prolifération, etc.), la présidence française mettra un accent particulier sur les nouvelles routes du trafic de drogue entre les pays de l’Amérique latine, de l’Afrique de l’Ouest et de l’Europe, ainsi que la lutte contre le terrorisme, notamment au Sahel.

* Le partenariat avec l’Afrique. Le G8 a joué un rôle majeur dans la mobilisation en faveur du développement, en particulier de l’Afrique. Une session élargie du G8 à des dirigeants africains et quelques représentants d’organisations internationales sera organisée. La discussion portera sur les grands enjeux politiques et de développement. Nous poursuivrons également l’exercice engagé par la présidence canadienne sur le suivi des engagements des pays du G8, notamment dans les domaines de la santé et de la sécurité alimentaire, et dans un esprit de « responsabilité mutuelle » avec les pays africains.

Source : Site de la Présidence.

Dernière modification : 03/10/2013

Haut de page