Les relations économiques franco-tchèques

Géographiquement située au cœur de l’Europe, la République tchèque est membre de l’Union européenne (UE) depuis le 1er mai 2004 ; elle en a assuré la présidence au premier semestre 2009.

Plus de vingt-cinq ans après la révolution de velours, le pays est pleinement intégré à l’économie mondiale. Grâce à une forte dynamique de croissance depuis 2005, très liée à une deuxième vague d’investissements étrangers (la première ayant eu lieu au début des années 1990, époque de massives privatisations), la convergence vers la moyenne européenne s’est accélérée.

Après avoir fait montre d’une grande résilience au lendemain de la crise de 2009, l’économie tchèque a traversé deux années consécutives de récession (2012-2013) imputable au fort ralentissement des investissements publics et de la consommation des ménages ainsi qu’à celui de la demande de ses principaux partenaires économiques. Grâce à ses bons fondamentaux et à un secteur bancaire sain, l’économie renoue avec la croissance au second semestre 2013. Profitant de l’impact positif de la dévaluation de la couronne tchèque initiée par la Banque centrale tchèque en novembre sur la compétitivité de ses exportations, la coalition de centre-gauche au pouvoir début 2014 initie une politique de relance de l’investissement public permettant un recours massif aux fonds européens. Consécutivement à une année 2015 exceptionnelle (+4,2% de croissance), les perspectives 2016-2017 restent très solides (autour +2% de croissance annuelle) dans un environnement de nette amélioration du marché du travail.

Un pays de moyenne dimension, bien situé au cœur de l’Europe

- Superficie : 78 866 km2
- Climat et relief : semi-continental, plateaux entourés de montagnes à la périphérie du pays (sauf au sud).
- Urbanisation : Prague (1,26 million d’habitants, capitale tchèque), Brno (377 000 hab, capitale de la Moravie), Ostrava (325 000 hab, capitale de la Silésie).

Une économie en rattrapage par rapport à la moyenne européenne, avec des fondamentaux solides

- Avec un Produit Intérieur Brut (PIB) par habitant d’environ 24 500 en SPA (85% de la moyenne UE 28 ), un salaire moyen autour de 980 euros par mois et une retraite moyenne de 406,8 euros par mois , le pays atteint 82% de la moyenne communautaire .
- À Prague, le revenu moyen représente cependant plus d’une fois et demie la moyenne européenne, d’où un fort contraste avec le reste du pays.

La République tchèque est un pays encore très fortement industrialisé

Composition du PIB et des emplois par grands secteurs de l’économie réelle :
- Industrie (manufacturière, mines et énergie, eau) 32% de la valeur ajoutée brute (38% avec le secteur de la construction). C’est le taux le plus élevé dans l’UE (Slovaquie, Allemagne et Pologne (26%), France 14%). Secteurs dominants : automobile, électronique, métallurgie, biens d’équipement, agro-alimentaire.
- Agriculture 2%
- Services 60% (transports, télécoms, construction, administrations, etc..).

Répartition des emplois : 61% services (dont 7,4% dans la fonction publique), 36,5% industrie (dont construction) et 2,5% agriculture.

Un moteur de croissance très exportateur, mais vulnérable aux chocs de la demande externe, notamment de l’UE

- Économie très ouverte et dépendante du marché européen.
- Export + import = 162% du PIB en 2015 (43,7% pour la France ).
- Avantages comparatifs importants dans le secteur automobile et électronique, et a contrario facture énergétique lourde (gaz et pétrole), bénéficiant depuis fin 2013 de la chute des cours internationaux.
- Depuis l’adhésion à l’UE en 2004, la structure du commerce extérieur tchèque a considérablement évolué : passage d’un déficit faible à un excédent structurel dont le volume a doublé entre 2011 et 2015 (15,6 Mds EUR).
- Dépendance du reste de l’UE : 65,4% pour les importations et 83,3% pour les exportations.
- Principaux clients : Allemagne, Slovaquie, Pologne, Royaume-Uni, France, Autriche, Italie, Hongrie, Pays Bas, Espagne.
- Principaux fournisseurs : Allemagne, Chine, Pologne, Slovaquie, Italie, France, Russie, Autriche, Pays Bas, Corée du sud .

Téléchargez le document sur la situation économique et financière de la République tchèque au 1er trimestre 2016

Monnaie et entrée dans l’euro

L’appréciation tendancielle de la couronne tchèque (autour de 25 CZK pour 1 euro), initiée depuis son entrée dans l’UE a été interrompue en novembre 2013, date à laquelle la Banque centrale tchèque l’a dévaluée d’environ 7% et établissant depuis un taux-plancher asymétrique de 27 CZK pour un euro. Elle jouit d’un statut de monnaie-refuge en Europe et profite des incertitudes rencontrées en zone euro.

Entrée dans l’euro : selon le chef du gouvernement tchèque, entre 2021-2026. La plupart des partis politiques représentés au Parlement soutient son adoption, tout comme la majorité des milieux d’affaires. Néanmoins, la population reste réticente, voire sceptique face aux difficultés récentes traversées par la zone euro, la question ne constituant donc pas une priorité du gouvernement qui a néanmoins initié une campagne de communication début 2016.

La place de la France dans les relations économiques extérieures de la République tchèque est substantielle

Malgré l’essor du volume des échanges commerciaux en 10 ans (+170%), la France accuse avec la République tchèque, 2ème partenaire parmi les nouveaux Etats membres de l’UE, son premier déficit commercial en Europe centrale (2,45 Mds € en 2015). Ce déséquilibre est essentiellement structurel, mais le faible intérêt des PME et ETI françaises pour ce petit marché de proximité avait entraîné une stagnation de nos exportations, qui n’ont retrouvé qu’en 2013 leur niveau antérieur à la crise économique, pour établir successivement de nouveaux records en 2014 et 2015. Après une légère progression de notre part de marché à partir de 2013, celle-ci marque le pas en 2015 dans un contexte de forte progression des importations tchèques (+9,6%). La France, 5ème partenaire commercial de la RT (6ème fournisseur et 5ème client), est également le 5ème investisseur étranger en stocks et le 2ème en flux en 2015, avec 500 entreprises employant 100.000 personnes.

Place de la France dans le commerce extérieur tchèque
Fournisseur 6ème rang
Client 5ème rang

PNG

Téléchargez le document sur les relations économiques entre la France et la République tchèque

Stock d’IDE entrants en République tchèque en milliers d’Euros - au 31 décembre 2014 - Source CNB
RangPaysStock d’IDE
1. Pays-Bas 24 029M€
2. Autriche 13 230 M€
3. Allemagne 12 599 M€
4. Luxembourg 12 122 M€
5. France 6 081 M€
6. Suisse 4 677 M€
7. Chypre 3 958 M€
8. Slovaquie 3 776 M€
9. USA 3 614 M€
10. Belgique 2 679 M€

La France reste au 31 décembre 2014 le 5ème investisseur étranger en République tchèque (+9,5% en glissement annuel), et est le second investisseur en flux derrière l’Allemagne en 2015 avec 542 M€ (+6%).

Les activités du Service économique de Prague

- Analyse macroéconomique et financière de la République tchèque,
- veille sur les sujets industriels et commerciaux, l’évolution sectorielle, l’accès au marché et l’environnement des affaires, suivi des échanges et des investissements directs étrangers et de la place de la France dans l’économie tchèque,
- focus particulier sur le secteur énergétique, dans le cadre du partenariat stratégique et du groupe de travail bilatéral « énergie »,
- suivi des positions tchèques sur les thèmes économiques de l’Union européenne, dialogue avec les autorités et acteurs économiques tchèques et relai des positions françaises, suivi des questions économiques multilatérales,
- suivi des grands projets publics et privés en République tchèque et appui aux entreprises françaises,
- préparation et accompagnement des missions officielles françaises touchant les questions économiques,
- actions et initiatives en République tchèque et en France pouvant contribuer au renforcement des relations économiques bilatérales (tables-rondes, conférences et séminaires, rencontres..), en particulier pour la réalisation des objectifs économiques du partenariat stratégique franco-tchèque,
- animation de la communauté d’affaires française en République tchèque, synergie entre les différents acteurs économiques français (Business France, Conseillers du Commerce Extérieur, Chambre de Commerce Franco-tchèque), sensibilisation des entreprises tchèques susceptibles d’investir en France.

Télécharger le document sur les investissements directs étrangers en République tchèque

Dernière modification : 15/08/2016

Haut de page