Les restaurants les plus insolites de Paris [cs]

Le plaisir de la bonne chère, la convivialité et l’accueil soigné des restaurants français séduisent toujours autant les étrangers. Mais rien de tel qu’une dose d’inédit et de fantaisie pour vivre des expériences uniques, dans des restaurants exceptionnels. Tables confidentielles et créatives, escapades lumineuses ou cachées, Paris regorge d’adresses décalées et atypiques… Une réception inoubliable au cœur de la célèbre Maison Baccarat… Un dîner lyrique avec des chanteurs d’opéra… Un déjeuner rare, où la peinture, la sculpture et la musique se côtoient… Ou bien une soirée complètement dans le noir… Autant d’aventures qui ne vous laisseront pas sur votre faim !

L’insolite, un nouvel ingrédient pour la gastronomie française ! C’est ainsi que plusieurs restaurateurs ont décidé de conjuguer l’originalité et la fantaisie pour proposer des tables innovantes et atypiques. Cumuler les plaisirs de l’esprit et de la bonne chère n’est-il pas le meilleur gage d’une sortie réussie !

La Maison Baccarat

JPEG - 8.8 ko

Reconnue dans le monde entier, La Maison Baccarat, un nom mythique qui tinte comme un éclat de cristal, s’est installée dans le sublime hôtel de Marie-Laure de Noailles, dans le 16ème arrondissement, et a fait appel aux talents du designer Philippe Starck pour réinventer les salons dont la fameuse Cristal Room, quintessence de l’excellence à la française. Situé au 1er étage, le restaurant Cristal Room Baccarat invite à la dégustation de mets raffinés, conçus par Guy Martin, grand chef étoilé de renommée mondiale. La décoration est remarquable avec ses extravagances, sa « décadence » et ses tendances : baroque chic avec déferlante de lustres et candélabres en cristal… marbres, glaces dorées, bois, briques, lambris forment un ensemble harmonieux. Le petit salon rose, avec sa terrasse privative, est spectaculaire et l’accueil, charmant, séduit une clientèle élégante, internationale.

Dans le noir

JPEG - 12.3 ko

Le restaurant parisien Dans le noir plonge, comme son nom l’indique, ses clients dans la pénombre la plus totale. Ce concept ludique, qui chamboule les repères et les sensations, propose aux visiteurs d’occulter la vue pour se concentrer sur l’odorat, le goût, le toucher, l’ouïe. Dans l’obscurité, seuls quelques bruits et chuchotements peuvent distraire les clients de la dégustation du menu surprise. Adaptés en fonction de la saison, les mets atypiques proposés, servis par des non-voyants, ne sont révélés qu’à la fin du repas. Avec plus de 150 000 visiteurs depuis son ouverture en 2004, Dans le noir a décliné avec succès cette expérience sensorielle unique à Londres, Barcelone et à Saint-Pétersbourg.

Le Bel Canto

JPEG - 8.7 ko

En poussant la porte du restaurant le Bel Canto, on est immergé dans un cadre doré, aux couleurs du safran et du feu. Ici, tous les soirs, une troupe d’artistes, chanteurs lyriques et pianistes, professionnels ou étudiants de conservatoires, en costumes de scène, se prêtent à un double jeu : servir les clients et interpréter les plus grands airs d’opéras. Le Bel Canto est en effet la rencontre entre deux mondes : celle du chant lyrique et de la gastronomie. Au programme : Verdi, Puccini, Mozart, Offenbach ou Satie. De tables en tables, tendant une assiette ou servant un verre, les chanteurs interprètent, en duo, quatuor ou solo, des extraits de Carmen ou de la Flûte enchantée. Le premier Bel Canto a ouvert ses portes en 2000 sur les Quais de Seine à l’Hôtel de Ville, puis à Neuilly en 2004, et à Londres en 2008.

Le 1728

JPEG - 9.8 ko

Au carrefour des Beaux-Arts, de la gastronomie inventive, des vins d’auteurs et de collection, le restaurant 1728 reçoit chaque année 40 000 hôtes. Dans ce lieu chic et hors norme, entre la Madeleine et l’Elysée, un hôtel particulier édifié en 1728 par Antoine Mazin (chevalier et architecte du roi Louis XV), où vécut le marquis de La Fayette, l’art culinaire côtoie la peinture, la sculpture et la musique. On vient là pour le cadre riche d’histoire, mais aussi pour les œuvres d’époque, le mobilier rare, les boiseries ou la collection d’instruments anciens. On peut ainsi faire l’achat d’une toile du XVIIIè siècle, tout en dégustant un verre de Nuits St Georges 1er cru. Côté cuisine, le filet de bœuf façon gravlax, le foie gras mariné à l’ancienne ou la marmelade de pamplemousse maison au gingembre confit, savent résumer l’approche ouverte et créative des hôtes du 1728.

Annik Bianchini

Dernière modification : 24/07/2016

Haut de page