Remise de la médaille de Chevalier dans l’ordre des Arts et Lettres à Monsieur Zdeněk Velíšek, journaliste (13 mai 2015) [cs]

Monsieur Velíšek,
Mesdames, Messieurs,

C’est un réel plaisir, Monsieur Velíšek, de vous accueillir au Palais Buquoy en présence de votre famille, de vos amis et de vos collègues afin de vous remettre les insignes de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres. Considérez cette distinction comme un signe de reconnaissance pour votre travail de journaliste et votre contribution au renforcement des relations franco-tchèques.

La République française reconnaît ainsi les mérites d’une carrière qui, tant dans les médias que dans le champ de la traduction, a œuvré pour une connaissance mutuelle approfondie des différents pays européens, l’ouverture au monde et la liberté d’expression. Pour le dire brièvement, votre vie professionnelle est inséparable de votre engagement en faveur des valeurs humanistes qui sont les nôtres.

Permettez-moi de rappeler quelques traits saillants de votre parcours, éclairant ainsi ce moment solennel et amical qui nous rassemble aujourd’hui.

De formation linguistique, votre parcours professionnel et personnel a été affecté par les vicissitudes de l’histoire tchèque du 20e siècle. Après des études à l’Université Charles, vous avez commencé comme traducteur-interprète, notamment au ministère des Affaires étrangère. C’est au moment du Printemps de Prague que vous découvrez le journalisme en travaillant à la rédaction du journal télévisé de la Télévision tchécoslovaque. C’est à cette rédaction même que vous vivez le drame de l’invasion de la Tchécoslovaquie par les armées « des pays frères ». Epris d’idées démocratiques, vous êtes contraint de quitter la télévision et de renoncer au journalisme pendant près de 20 ans. Ce n’est qu’en 1990 que vous reviendrez à la télévision publique tchécoslovaque (puis tchèque), en tant que rédacteur du journal télévisé, tout en développant une collaboration avec plusieurs rédactions de la radio publique tchèque Český rozhlas.

Francophone et francophile, vous contribuez à rétablir les liens historiques entre nos deux pays, mais aussi à mieux faire connaître la France contemporaine. Chroniqueur à la télévision, vous avez alors réalisé des entretiens et reportages, qui ont fait date dans la relation bilatérale, avec un grand nombre de personnalités françaises - François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy François Hollande le plus souvent avant même le début de leurs mandats présidentiels ou bien encore avec les premiers ministres en exercice Lionel Jospin et Alain Juppé. Vous avez fait découvrir au public tchèque des penseurs tels que Stéphane Hessel, Gilles Kepel ou encore Jean-Paul Fitoussi.

Votre connaissance en profondeur de la société française contemporaine a donné naissance à des séries de reportages consacrés au logement social en France, à la banlieue, aux gens de voyage, à l’énergie nucléaire ou encore à l’agriculture. Très ancrés dans la réalité quotidienne française, ces productions ont rompu certains stéréotypes liés à la France encore présents dans les médias tchèques, et ont ouvert la voie à une meilleure compréhension de la pensée française actuelle.

Journaliste dynamique et sans repos, vous n’oubliez pas pour autant la traduction des œuvres qui vous ont marqué et que vous considérez indispensables au lecteur tchèque. Ainsi vous avez traduit récemment, avec votre épouse Olga Velíšková, professeure de français, l’ouvrage du politologue Gilles Kepel La Guerre au cœur de l’Islam, ainsi qu’un recueil d’essais de plusieurs auteurs français sur le thème Nation et religions à l’heure de la mondialisation. Infatigable, vous êtes actuellement engagé dans la traduction de l’œuvre maîtresse de Maurice Duverger Les partis politiques.

Européen convaincu, vous continuer à diffuser auprès du public tchèque la pensée européenne et la pensée française. C’est pour rendre honneur à l’ensemble de vos travaux, qu’au nom de la Ministre de la culture, je vous remets l’insigne de Chevalier de l’Ordre des Arts et Lettres.

Dernière modification : 11/06/2015

Haut de page