Remise des prix de la Francophonie 2014 (20 mars 2014) [cs]

Le 20 mars 2014, M. l’Ambassadeur a remis au Palais Czernin des prix récompensant les travaux des élèves tchèques ayant participé à la 12ème édition du concours Francophonie.

Monsieur le Directeur général Jaroslav Kurfurst,

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, chers collègues,

Chers lauréats,

Je suis très heureux d’être parmi vous, dans cette très belle salle du Palais Czernin, pour la remise des prix récompensant les travaux des élèves tchèques ayant participé à la 12ème édition du concours Francophonie, organisé par les ministères tchèques des Affaires étrangères et de l’Éducation nationale. Au nom de mes collègues des pays francophones, je souhaite, Monsieur le Directeur général, vous remercier de votre accueil. Nous savons que vos obligations vous laissent peu de temps et sommes très sensibles à votre présence aujourd’hui.

J’adresse tout d’abord mes chaleureuses félicitations à vous, chers lauréats, qui avez fait le déplacement des régions de Bohême, de Moravie et de Silésie ainsi qu’à vos enseignants de français qui vous ont encouragé à réaliser ces magnifiques dessins et, pour les plus âgés d’entre vous, à répondre aux questions sur les pays membres de la Francophonie. Les institutions éducatives ou culturelles de près de 30 villes organisent, de manière très différente - et c’est bien normal - des événements culturels à cette occasion. La francophonie scolaire et universitaire est donc bien vivante en République tchèque.

Monsieur le Directeur général, je voudrais vous redire que c’est pour tous les pays francophones une grande satisfaction de voir la reconnaissance d’une francophonie qui s’affirme ici, au cœur de l’Europe. Cette dimension européenne de la francophonie était tout sauf une évidence il y a deux décennies. L’héritage européen, notre patrimoine commun, c’est en effet la diversité linguistique et donc la diversité culturelle, gage de la réussite de cette vaste ambition qu’est le projet européen.

Mesdames, Messieurs, chers collègues, je veux aussi rappeler dans ces lieux chargés d’histoire que la Francophonie c’est aussi une des réponses possibles face aux défis de la globalisation. Les lignes bougent, les équilibres du monde se redessinent, les forces d’uniformisation sont puissantes, les pays émergents affirment la vocation internationale de leur propre langue.

Comprenez bien notre conception de la francophonie. Il ne s’agit pas d’en faire une citadelle assiégée, un conservatoire clos pour se protéger des mutations du monde, une machine de guerre idéologique contre telle ou telle langue. Il s’agit de s’engager pour les valeurs auxquelles nous croyons : le multilinguisme, la diversité culturelle, le respect et le dialogue des cultures, l’existence de l’Autre. Je suis convaincu que nous, francophones, avons une responsabilité particulière pour apporter notre contribution à la résolution des grands problèmes du monde, travailler pour la paix, la démocratie, la sécurité, le développement durable. Bien sûr, partager une langue ne signifie pas automatiquement avoir la même position de vues. Mes collègues ambassadeurs ici présents le savent, nos pays n’ont pas toujours des vues similaires et c’est normal.

La Francophonie, c’est aussi une enceinte supplémentaire dans laquelle chacun peut s’exprimer, un réseau de solidarité que chaque pays peut mobiliser. Si la Francophonie est pour votre pays cette enceinte supplémentaire, elle aura rempli un de ses rôles.

Quant à vous, chers lauréats, connaitre le français n’est pas seulement accéder aux plaisirs de l’esprit, se laisser porter par la caresse des mots. C’est un atout majeur pour réussir, un excellent investissement pour votre avenir académique et professionnel. Mais c’est aussi une chance. Chance de communiquer par-delà les frontières dans une communauté francophone de 220 millions de personnes, plus d’un demi milliard en 2050 ; chance de réfléchir ensemble aux défis du présent et du futur et d’agir solidairement. La francophonie, je veux le souligner, n’est pas qu’une expression linguistique c’est aussi et surtout un mode de pensée et un système de valeur, - le respect de la personne humaine, la liberté, la démocratie-, qui parle à tous les peuples.

Je veux enfin dire tout mon plaisir d’intervenir devant vous côte à côte avec ma collègue Chargée d’Affaires de la RDC. L’Afrique a joué un rôle essentiel dans l’émergence du mouvement francophone, il y a 44 ans, avec des figures comme Léopold Sedar Sanghor, Président du Sénégal, Habib Bourguiba, Président de Tunisie, ou Hamani Diori, président du Niger. A présent la francophonie continue de bénéficier du dynamisme de l’Afrique, de sa vitalité culturelle, qu’il s’agisse de la littérature, du théâtre, du cinéma et des musiques actuelles. C’est d’ailleurs à ce titre que le dernier sommet des chefs d’État de la Francophonie s’est tenu en 2012 en république démocratique du Congo, et que le prochain sera organisé au Sénégal.

Avant de laisser la parole à ma collègue, je vous souhaite, chers lauréats, une excellente continuation dans votre parcours scolaire ou universitaire pour ceux qui passeront le baccalauréat cette année. Aux autres, je les encourage à persévérer sur cette voie prometteuse.

Merci de votre attention.

Dernière modification : 12/06/2015

Haut de page