Responsabilité des autorités syriennes dans la répression [cs]

Déclaration du porte-parole du Ministère des affaires étrangères et européennes du 9 mai 2011.

"La France condamne avec force la poursuite de la répression en Syrie, marquée par de nouvelles violences et par des arrestations massives et arbitraires souvent accompagnées de tortures et de traitements dégradants de la part des forces de sécurité.

L’arrestation de personnalités modérées et pacifiques est inacceptable. Nous réitérons en particulier notre appel à la libération immédiate de Riyad Seif, blessé et arrêté vendredi à Damas, ainsi que de tous les prisonniers politiques. L’ambassade de France était présente à la première audience du procès de Riyad Seif.

La France souligne que la responsabilité des autorités syriennes est engagée, notamment à travers leurs services de sécurité ou les groupes qui leur sont affiliés, dans les actes de violence survenus depuis le 18 mars en Syrie.

Nous sommes extrêmement préoccupés par le refus des autorités syriennes de laisser les médias internationaux accéder aux villes dans lesquelles se déroulent des violences et couvrir librement les événements. Les intimidations et les détentions de journalistes sont inacceptables.

Nous sommes tout aussi préoccupés par l’intervention de l’armée dans plusieurs villes du pays.

Comme l’a dit à plusieurs reprises le ministre d’État, nous nous mobilisons fortement au sein de l’Union européenne, qui a décidé vendredi de prendre des sanctions contre treize responsables syriens impliqués dans la répression. Cela constitue pour nous une première étape. La France est favorable à l’extension des sanctions à tous les responsables de la répression, jusqu’au plus haut niveau."

Dernière modification : 26/09/2013

Haut de page